Skip to content

IP Belgium présente le premier baromètre de consommation des chaînes RTL online

Depuis quelques mois, le CIM publie, en plus des chiffres de performances de la télévision “classique”, les résultats des programmes de TV regardés sur les plateformes onlines des broadcasters.  L’occasion pour IP Belgium de proposer un baromètre de la consommation des chaînes RTL englobant ces nouveaux usages.

Consulter le baromètre

Cela fait belle lurette que les programmes de télévision ne se consomment plus uniquement de façon linéaire, à l’heure dite, sur l’écran placé au milieu du salon.

La notion de vision différée, – enregistrer une émission pour la regarder plus tard -, existe depuis la création des magnétoscopes, mais c’est avec la mise à disposition des “boxes” digitales des opérateurs que son usage s’est répandu dans la population.  L’enregistrement s’est vu fortement facilité, et le fait de pouvoir tout simplement mettre un programme “en pause” pendant quelques secondes ou quelques minutes est aujourd’hui utilisé par bon nombre d’entre nous.

Mesurer cette consommation est alors devenu un enjeu crucial, et c’est ainsi que le “Time Shifted Viewing (TSV)” a été introduit, dès 2010, dans l’étude TV.  

La vision “live” d’un programme est évidemment toujours mesurée, mais s’y ajoutent dorénavant la consommation différée le jour-même de la diffusion (ce que l’on appelle plus communément le VOSDAL, “Viewed On Same Day As Live”) ainsi que le visionnage jusqu’à 7 jours après diffusion.

Ces dernières années, cependant, un autre mode de consommation a également vu le jour : la consommation de programmes de télévision sur les plateformes online des chaînes.

Cette consommation s’intensifiant, il est, là aussi, devenu primordial de pouvoir la mesurer. 

C’est ainsi que, depuis quelques mois, le CIM publie, à côté des chiffres de vision TV “classique”, les performances des programmes TV regardés en ligne : l’OVC, pour “Online Video Content”.

La mesure concerne aussi bien les programmes regardés “en live” sur les plateformes et sites des broadcasters, que la consommation dite “de rattrapage” : catch-up d’un épisode entier (VOD, ou “Video On Demand”), ou de fragments de celui-ci (un sujet du RTL INFO 19H sera proposé sur le site, par exemple).

En réalité, les vidéos en ligne sont déjà prises en compte depuis quelques années dans l’étude CIM Internet.  Ce qui est plus récent, et qui nous intéresse ici, c’est la possibilité de faire le lien entre ces vidéos en ligne et les programmes mesurés dans l’étude CIM TV “classique”. 

Le Web Rating, calqué sur la mesure TV

Tout comme la télévision met en évidence son “TV Rating”, l’OVC propose un “Web Rating”.  Deux mesures méthodologiquement proches, puisqu’elles induisent chacune la notion de vision pondérée : le Web Rating mesurant non pas un nombre d’individus pondérés par leur durée de vision (notion TV), mais un nombre de streams pondérés par la durée de vision du programme (un stream faisant référence à une vidéo lancée).  A noter que, contrairement à la précision de la mesure TV, nous n’avons malheureusement actuellement aucune idée des individus qui se cachent derrière ces streams…  

Toujours est-il que sur la population “4+” globale, le CIM préconise aujourd’hui l’addition des ratings TV+Web, afin d’obtenir une mesure “total vidéo” qui constitue dès lors la nouvelle currency.

Précisons encore que, alors que la consommation de télévision sur l’écran classique se mesure jusqu’à 7 jours de vision différée, la consommation digitale couvre 28 jours.

La plupart des éditeurs “historiques” souscrivent aujourd’hui à la mesure OVC (RTL Belgium, la RTBF, DPG Media, la VRT et SBS).

Les données vidéo, pour tout ce qui concerne les programmes, sont ainsi utilisées tant par le CIM que pour les analyses et les communications des broadcasters.

Un nouveau baromètre pour appréhender cette consommation online

Au cours du 3ème trimestre 2021, la part prise par la consommation online dans l’ensemble de la consommation de programmes TV sur RTL TVI ou Club RTL, entre 12h00 et 24h00, est de 0,5%.

C’est une proportion plus faible qu’au 2ème trimestre, mais il faut rappeler nous initions ce reporting avec les mois d’été…  Durant le second trimestre, Club RTL a proposé de nombreux matches de foot, par exemple, qui ont une forte incidence sur la vision online, nous le verrons plus loin.

Total broadcast TV programmes : online viewing vs total viewing

2021 – 12:00 – 24:00

TV ratings = Live+7 days – WEB ratings = Live+28 days
Target = all individuals
Source : CIM TV South & OVC

Une chaîne comme Plug RTL, quant à elle, enregistre un fort pourcentage de consommation de ses programmes online.  Les programmes de TV réalité, massivement plébiscités par les plus jeunes, n’y sont pas étrangers.

Plug RTL se démarque

En termes de formats, on observe que, si 25% de la consommation se fait en live sur RTL TVI au 3ème trimestre 2021, ce chiffre dépasse les 55% sur Club RTL : ceci est dû au fait que de nombreuses séries diffusées sur la chaîne ne sont pas disponibles en VOD et peuvent uniquement être visionnées en live.  Les retransmissions sportives, quasiment uniquement suivies en live online, jouent également un rôle dans cette proportion, mais il reste mineur sur cette période.

On notera que sur Plug RTL, par contre, le live est pratiquement inexistant : la télé-réalité se consomme en VOD.

A quelques exceptions près (matches de football et, dans une moindre mesure, journaux télévisés), la consommation online est aujourd’hui principalement constituée de catch-up VOD.  Pour certains genres de programmes (principalement la fiction), la proportion de live est cependant biaisée par un grand nombre d’épisodes non disponibles en VOD.

Online video viewing by format

Q3 – 2021

WEB ratings = Live+28 days
Target = all individuals
Source : CIM OVC

Les retransmissions sportives en tête de peloton

En ce qui concerne le genre des programmes, – nous avons déjà eu l’occasion de le mentionner -, c’est la TV réalité qui est particulièrement consommée online.  Ce type de programme ne peut actuellement être comparé à aucun autre, tant il se détache de la moyenne.

Parmi les autres types de programmes, ce sont les retransmissions sportives (football) qui génèrent le plus de consommation online.

Percentage of online viewing vs total viewing, by programme genre

Q3 – 2021

NB : all the broadcast programmes by genre are taken into account, despite the fact that, for some of them, the episodes are not available online (especially for movies and series)

TV ratings = Live+7 days – WEB ratings = Live+28 days
Target = all individuals
Source : CIM TV South & OVC – RTL channels only

La différence de consommation online entre les (télé)films de l’après-midi sur RTL TVI, et les films diffusés en soirée, tient au fait que les fictions proposées l’après-midi étaient toutes disponibles (à quelques rares exceptions près) en VOD.

Pour les films en soirée (sur les 3 chaînes), seuls 26% d’entre eux étaient disponibles en VOD.  Lorsqu’ils le sont, ils sont consommés en catch-up à plus de 90%.  Et la proportion de consommation online est souvent boostée : 1,9% en moyenne / jusqu’à 7,1% pour Le Mariage de mon Ex, programmé sur Plug RTL le 15 septembre.   

Les séries les plus consommées online sont Billions sur Club RTL, et Empire sur Plug RTL, pour lesquelles les proportions peuvent monter jusqu’à 10-12% de vision online.

Le “total vidéo” des programmes TV à la loupe

Aujourd’hui, nous pouvons très précisément appréhender les différentes façon de regarder un programme : sur l’écran de télévision, en live ou en différé ; ou online, en live ou à la demande.

Chacun de ces KPI’s est mesuré par le CIM, qui nous fournit une information détaillée permettant de mieux comprendre comment se consomme le “contenu vidéo” des chaînes de télévision.

Du côté de chez IPB, nous vous proposons dorénavant un baromètre trimestriel de l’évolution de la mesure online des chaînes de la famille RTL.

Consulter le baromètre