Skip to content

Bilan 2020 de l’écoute online des radios

Avantage à Nostalgie et Radio Contact au Sud

Avantage à Nostalgie et Radio Contact au Sud

Le « Radio Stream Monitor » est la nouvelle étude lancée en 2020 par le CIM afin de mesurer plus précisément l’écoute digitale de la radio. Basée sur une technologie « server side* » développée par la société Neuromedia, l’étude mesure quotidiennement le nombre de connexions et la durée d’écoute de toutes les radios nationales Belges. Ces chiffres viennent compléter l’audience issue de l’étude CIM Radio qui reprend quant à elle toute l’écoute, online et offline.

Les résultats du Radio Stream Monitor sont disponibles quotidiennement, mais ne sont officiels qu’à J+28, après correction et ajustement des données. C’est donc depuis ce vendredi 29 janvier que nous pouvons réaliser un bilan complet de l’année 2020 avec des chiffres définitifs.

Pour rappel, l’écoute online selon le CIM Radio représente 16% du volume d’écoute total de la radio (Jan-June 2020). Un chiffre en progression puisque l’année précédente il était de 13%. Notre nouvelle façon de vivre cette année très spéciale a en effet « boosté » l’écoute digitale des radios. 

Plusieurs paramètres de mesure sont disponibles dans le Radio Stream Monitor. Nous en retenons deux, les plus importants, qui combinés permettent de calculer la véritable part de marché de l’écoute radio en streaming. D’une part les « Active Sessions », c’est-à-dire le nombre de sessions d’écoute de plus d’une minute. D’autre part l’« Average Time Spent », qui comptabilise la durée d’écoute de ces sessions. La multiplication des deux paramètres nous donne le volume total écouté des radios en digital (total time spent), et permet de calculer la part de marché.

Parts de marché 2020

Du côté francophone les parts de marché de l’écoute digitale sont largement dominées par deux radios musicales : Radio Nostalgie (18,3%) et Radio Contact (17,8%). Parmi les radios généralistes et talk, nous trouvons deux radios au coude à coude, l’une dépassant l’autre d’un mois à l’autre : La Première 10,4% et Bel RTL 9,7%. Du côté Néerlandophone,  c’est Radio 2 qui a la plus grande part de marché, mais les chiffres du Nord ne sont pas tout à fait complets puisque Q-Music n’est mesurée que pour ses streams audio et non video. Ces parts de marché furent assez stables tout au long de l’année, sauf en mars et octobre qui constituent deux moments atypiques en raison de l’actualité et des annonces de (re)confinement de la Belgique.

Un comportement online qui décolle en 2020

Afin d’évaluer l’évolution de l’écoute digitale de la radio à la suite des différentes périodes de confinement que nous avons connues, nous pouvons nous référez aux mois de janvier et février 2020, qui représentent nos anciennes habitudes d’écoute dans l’ère pré-covid. Sur les courbes d’évolution nous voyons très clairement l’impact du 1er confinement strict de la Belgique, mi-mars 2020. Après l’été, la seconde vague de covid se remarque dans la consommation des médias dès le mois d’octobre avec le couvre-feu, puis plus nettement en novembre avec le re-confinement.

Au global, de mars à décembre 2020, le volume d’écoute des radios en ligne a réalisé un bond de 24% en Belgique.

*Server side : Le Radio Stream Monitor comptabilise chaque jour toutes les connexions aux serveurs des radios nationales belges. A chaque fois qu’un auditeur écoute un « stream » radio à partir d’un smartphone, d’un ordinateur, ou de tout autre appareil connecté à internet, il fait une requête à un serveur de la radio. Toutes ces requêtes, ainsi que leurs durées sont comptabilisées et traitées par le CIM.